• Orchidées sauvages de nos campagnes.

    Cette période de confinement nous avons pris le temps d'observer un peu plus la nature, et il n'est pas toujours nécessaire de parcourir des kilomètres pour faire de belles rencontres. Si l'on prend le temps de regarder là où l'on met les pieds, on s'aperçoit qu'il existe de très belles plantes. Celles que je vous présente se rencontrent dans notre région puisqu'elles existent dans un coin de mon jardin déjà depuis 2 ans. La première fois, elles étaient au nombre d'une petite dizaine et j'avais évité de passer sur la parcelle et surtout de tondre l'endroit. Cette année, il en est poussé une bonne cinquantaine sur une zone un peu plus étendue.

    Il s'agit de l'Ophrys abeille (Ophrys apifera), une orchidée européenne sauvage de 20 à 50 cm est originaire des régions tempérées de l'Atlantique jusqu'au Caucase, parfois très rare et parfois abondante. Ces orchidées peuvent apparaître en grand nombre certaines années et cela après une absence prolongée de plusieurs années. Ce fut le cas en Ecosse où elle fut considérée comme éteinte durant de nombreuses années, mais a été redécouvert en 2003. C'est donc pour cette raison que cette orchidée abeille est classée en "préoccupation mineure" dans certaine région.

    Ces orchidées se caractérisent par un labelle zoomorphe, dont le but est d'imiter l'aspect et les phéromones sexuelles de la femelle d'un insecte pour attirer les mâles correspondants et ainsi polliniser la plante.
    Dans le cas de notre Ophrys apifera, le labelle rappelle la présence d'un bourdon femelle sombre, donnant ainsi l'illusion qu'une femelle est en train de butiner la fleur. Le mâle va donc s'approcher pour s'accoupler et se charge ainsi faisant, et à son insu, des pollinies de la fleur qu'il finit par quitter ne parvenant pas à ses fins. Il partira sur une fleur voisine, et déposera cette fois le pollen sur la partie femelle de la fleur qui l'accueille, la fécondant.

    Cette stratégie étonnante commune à des Orchidées tropicales permet une fécondation croisée efficace et favorise la pollinisation par une seule espèce d'insecte, la seule qui soit leurrée en l’occurrence. Cette spécificité rend moins probable l'hybridation entre espèces voisines coexistant sur le même territoire en fleurissant en même temps.

    Je profite de cet article pour publier des photos de l'Orchis blanc trouvée par un Mouzéen et dont j'avais réalisé plusieurs photos.

     Cette orchidée est présente dans toute la France surtout sur milieu calcaire et elle préfère principalement les sous-bois ou le bord des chemins ombragés.

     

    Enfin voici une orchidée que vous avez probablement rencontré et que vous avez probablement sur votre pelouse.
    L'orchis bouc est plus robuste, elle peut même atteindre 1 mètre. Cette espèce connaît actuellement une forte expansion peut-être en lien avec l'augmentation des températures et surtout de nos hivers sans "grand froid".


    Concernant l’appellation de cette orchidée, je ne suis pas certain qu'elle doit réellement son nom à son odeur. je n'ai pas vraiment constaté une ressemblance avec celle du caprin, surtout qu'il est difficile de trouver une explication sur les différents sites. j'ai même trouvé un site, du Poitou, où l'on parlait d'une odeur de Chabichou !!! et, à moins que cette orchidée ait des tendances suicidaires, je ne vois pas pourquoi elle produirait une odeur pour attirer des chèvres plutôt que des insectes qui favorisent sa pollinisation ???

     

     

     Retour à la page d'accueil.

    « Orchidées MouzéennesLe Grand paon de nuit »

  • Commentaires

    1
    Lundi 11 Mai à 14:14

    Magnifiques orchidées sauvages Michel,

    Température en chute libre  depuis ce matin : saints de glace ,

    mais pour le déconfinement, j'attends encore un peu,

    rien d'important en attente pour l'instant,

    prudence, prudence .

    Heureuse de te retrouver !!!

    Bises amicales de  Christiane

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :