• Le Grand paon de nuit

    Les mois d'avril et de mai sont propices pour faire de belles rencontres avec certains insectes que l'on n'a pas toujours l'habitude de rencontrer. Le confinement aidant, nous prenions un peu plus le temps pour les observer et pourquoi pas pour les photographier.

    Difficile de ne pas le voir avec sa grande taille, celui-ci est relativement petit, mais il peut atteindre 14 à 15 cm d'envergure.
    Comme la majorité des papillons de nuit, le Grand paon a une durée de vie très courte, moins d'une semaine. 

    Il est facilement identifiable avec les disques sur ses ailes. En voici une description réalisée par Jean-Henri Casimir FABRE, naturaliste du 19° siècle :
    " Vêtu de velours marron et cravaté de fourrure blanche. Les ailes semées de gris et de brun, traversées d'un zig-zag pâle et bordées de blanc fumé, ont au centre une tache ronde, un grand œil à prunelle noire et iris varié, où se groupent en arc, le blanc, le châtain, le rouge amarante".

    Le Grand paon de nuit se caractérise aussi par ses antennes. Celles du mâle sont plus développées (une femelle sur cette photo) qui lui permettent de localiser jusqu'à plusieurs kilomètres une femelle.

    C'est à partir de ce papillon que les phéromones furent découvertes lors d'une expérience réalisée par le naturaliste.
    En 1891 déjà, J-H Fabre observait qu'une femelle de Grand Paon de nuit, Saturnia Pyri, née au matin et cloîtrée sous une cloche en toile métallique attirait, dans la soirée, une quarantaine de papillons mâles venant de fort loin. Par contre, logée dans une boite hermétique, elle n'attirait aucun mâle. Il conclut, dans ses "Souvenirs entomologiques", au rôle possible "d'effluves subtiles, peut-être même d'une odeur émise par la femelle", mais ne put préciser davantage son observation qui annonçait déjà la découverte des phéromones.
    Plus tard, vers 1932, Bethe désigna sous le nom d'hectohormones,, certaines "secrétions chimiques actives à l'extérieur d'un individu" ... ce n'est qu'en 1959 que le terme de phéromone, proposé par Karlson et Lüscher, fait son apparition dans la littérature scientifique.
    (LES PHÉROMONES D'INSECTES 30 ANS DE RECHERCHES par Janine PAIN)

     Retour à la page d'accueil.

    « Orchidées sauvages de nos campagnes.

  • Commentaires

    1
    Mardi 12 Mai à 09:55

    Bonjour Michel !

    Magnifique !!! Merci ! bisous !

    2
    Mercredi 17 Juin à 14:57

    Impressionnant!  Quelle taille ! Merci 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :